rechercher :

définitions

entrepreneur (n.m.)

1.personne qui crée, dirige une entreprise.

entrepreneur (n.)

1.Personne qui assume les risques de créer et de gérer une entreprise.

Le Littré (1880)

ENTREPRENEUR, EUSE (s. m. et f.)[an-tre-pre-neur, neûz']

1. Celui, celle qui entreprend quelque chose. Le projet échoua, et les entrepreneurs furent obligés d'y renoncer.

Cette entreprise fera beaucoup d'honneur à l'entrepreneur, à l'Académie et à la nation (D'ALEMB. Lett. à Voltaire, 9 juillet 1761)

Ce cousin entreprend de changer une femme !... Et quel est donc ce sot entrepreneur ? (LA FONT. le Florentin, 3)

2. Celui, celle qui entreprend d'exécuter certains travaux, de faire certaines fournitures, qui prend une entreprise. Un entrepreneur de bâtiments. Un entrepreneur de vivres. Un entrepreneur pour la confection.

Veut-on établir une manufacture ? un homme riche ou une compagnie fournit les fonds, un entrepreneur la conduit et des ouvriers travaillent sous sa direction (CONDIL. Comm. gouv. part. I, ch. 12)

Celui, celle qui se livre à certaines exploitations. Entrepreneur de diligences.

Terme d'économie politique. Entrepreneur d'industrie, ou, simplement, entrepreneur, celui qui crée un produit pour son compte.

C'est l'agriculteur, le manufacturier, le commerçant, ou, pour les désigner par une dénomination commune à tous les trois, c'est l'entrepreneur d'industrie, celui qui entreprend de créer pour son compte, à son profit et à ses risques, un produit quelconque (J. B. SAY Traité, 1841, p. 79)

Celui qui dirige pour son compte une exploitation industrielle et qui emploie les ouvriers.

Les entrepreneurs exercent toujours un monopole à l'égard des ouvriers (J. B. SAY Cours, 1840, t. II, p. 43)

Adj. Maître entrepreneur.

3. Absolument. Un entrepreneur, un constructeur de bâtiments.

HISTORIQUE

XVe s.Durs aux maulvais et fiers aux ennemys, Ardans d'honneur, et haulx entrepreneurs (AL. CHARTIER Exil.)Alors Saintré, qui jà estoit en point comme commenceur et entrepreneur de l'emprinse, monta à cheval (Jehan de Saintré, ch. 33)Et pour trouver moyen meilleur, Faignant que point on ne se joue, Il viendroit un entrepreneur [compère] Qui lui bailleroit sur la joue (VILLON Repues franches, Comment ilz eurent du rost.)Mais les entrepreneurs dessus ditz [les conjurés] se trouverent mal suyviz (COMM. VI, 5)

XVIe s.Les vases que souloient ordinairement offrir les entrepreneurs qui avoient remporté le prix es jeux dont ilz avoient fait les frais (AMYOT Arist. 1)Il ne put jamais les determiner à dresser une embuscade ausdits entrepreneurs [assaillants] (D'AUB. Vie, LXIV)

ÉTYMOLOGIE

Entreprendre, par le part. entreprenant.