rechercher :

définitions

envoûter (v. trans.)

1.faire une opération magique d'envoûtement (en agissant sur une figurine représentant la personne à envoûter).

2.fasciner, séduire.

Le Littré (1880)

ENVOÛTER (v. a.)[an-vou-té]

Faire un prétendu maléfice, qui consistait à former une figure de cire suivant la ressemblance d'une personne, avec la persuasion qu'à la suite de certaines pratiques on faisait souffrir à la personne elle-même toutes les atteintes portées à cette figure.

Il courut un bruit qu'il [Enguerrand de Marigny] avait dessein de faire mourir le roi, et que sa femme s'aidait d'un nommé Paviot et d'une vieille boiteuse réputés grands sorciers à faire des images de cire à la ressemblance du roi et des princes pour les envoûter (MÉZERAI Louis X.)

HISTORIQUE

XIVe s.Jehane de Cretot avoit ensorcelé ou envousté Pierre Coquel clerc (DU CANGE invultare.)Icellui Pastant lui dist qu'il doubtoit qu'elle ne envoultast ou fist morir sa femme (DU CANGE ib.)Sur les paroles que le dit messire Jean avoit dites au roy, c'est assavoir que le dit messire Henris l'avoit envulté ou fait envulter (DU CANGE vultivoli.)

ÉTYMOLOGIE

Bas-lat. invultare, invultuare, de in, en, et vultus, face ; à cause de l'image qu'on faisait de la personne qu'on voulait envoûter. Cependant Diez, remarquant que cette opération magique se disait en latin devotare, pense que le français a formé un mot semblable invotare, envoûter ; mais invotare aurait donné envouer comme devotare, dévouer. Il faut s'en tenir à ce que donne le bas-latin. Dans tous les cas, c'est à tort que l'Académie met un accent circonflexe, comme si le mot venait de voûte.