rechercher :

définitions

éparpiller (v. trans.)

1.répartir, mettre en tout lieu qqch (ex. il éparpilla de la poudre à canon dans tout le wagon).

2.répandre çà et là.

3.répandre ça et là.

éparpiller (v. pron.)

1.disperser (ses forces, son attention, etc.), de manière inefficace.

Le Littré (1880)

ÉPARPILLER (v. a.)[é-par-pi-llé, ll mouillées, et non é-par-pi-yé]

1. Disperser çà et là. Éparpiller des papiers, des notes. Éparpiller ses troupes, les distribuer en petits corps.

En même temps que l'encensoir Sur son visage sec et noir Était prêt, par grand malencombre, D'éparpiller charbon sans nombre (SCARRON Virg. VIII)

Fig.

La vie de Paris éparpille les idées (VOLT. dans le Dict. de POITEVIN)

Terme de peinture. Éparpiller les lumières, les répandre çà et là sur un tableau de façon qu'elles ne forment plus de masses.

2. Éparpiller l'argent, le répandre en différentes mains.

Partout la Providence Veut en nous protégeant Niveler l'abondance, Éparpiller l'argent (BÉRANG. Contreb.)

Éparpiller son argent, le dépenser en frivolités.

3. S'éparpiller, v. réfl. Être éparpillé. En s'envolant les papiers s'éparpillent.

Se disperser. Toute la compagnie s'était éparpillée.

Par extension.

Votre esprit.... sur le clavier qui frémit sous vos chants S'éparpille en notes sonores (V. HUGO Feuilles d'aut. 81)

Passer d'idées à autres, d'occupations à autres. Il faut s'appliquer bien à une chose et ne pas s'éparpiller sur plusieurs.

Recueillez-vous-y, au lieu de vous y éparpiller (MAINTENON Lett. à d'Aubigné, t. I, p. 171, dans POUGENS)

HISTORIQUE

XIIe s.Sicum eve [eau] espandut sui, et esparpeilet sunt tuit li mien os (Liber psalm. p. 26)E este vus cil se furent esparpeilled ; e jurent [furent gisants] par tut mangians e bevanz (Rois, 116)

XIIIe s.Tuit autre bien sunt de fortune, Qui les esparpille et aüne, Et tolt et donne à son voloir (la Rose, 5360)La gent à l'aversier sor le pont esparpaille [s'éparpille] (Ch. d'Ant. IV, 383).... Dieu te volt faire veiller, Et repentir et traveiller, Et les sains crins esparpiller Sur ses piez que tu acolas (J. DE MEUNG Tr. 884)Mout vous verrai esparpulliez En ceste nuit e esmaiez (la Passion, ms. de St-Brieuc, f° 48)

XIVe s.Et se entretiennent à une masse sans esparpillier ou departir (Ménagier, II, 5)

XVIe s.Esparpillez de toutes pars, Belle, ces beaux cheveux espars (DU BELLAY IV, 75, recto.)

ÉTYMOLOGIE

Norm. épaupiller ; provenç. esparpalhar ; catal. esparpillar ; ital. sparpagliare ; de es- préfixe, et le provençal parpalhó, ital. parpaglione, qui signifient papillon et qui sont une corruption de papilio (voy. PAPILLON et PARPAILLOT). On trouve aussi asparpillez, dans Édouard le conf. v. 4601 ; et aparpilliez, dans Machaut, p. 71.