rechercher :

définitions

épaulette (n.f.)

1.rembourrage des épaules d'un vêtement.

2.bande de cuir ou d'étoffe passée sur l'épaule et servant à porter un fardeau.

3.bande de tissu passant sur les épaules et qui sert à retenir un pantalon.

4.patte qu'un militaire porte sur l'épaule et qui indique son grade.

Le Littré (1880)

ÉPAULETTE (s. f.)[é-pô-lè-t']

1. Bande de toile ou d'étoffe, attachée sur la partie du vêtement qui couvre le dessus de l'épaule. On a fait l'épaulette de cette robe trop étroite.

En langage de lingerie, petite bande de toile qui se met sur l'épaule de la chemise.

Terme de religieuse. Ruban qui s'attache sur l'épaule et qui tient au scapulaire.

2. Large bande de galon que les militaires portent sur chaque épaule, et qui est ordinairement garnie d'une touffe de filets pendants. Les grenadiers ont l'épaulette rouge ; celle des voltigeurs est jaune. On reconnaît le grade d'un officier à l'épaulette.

Son habit d'ordonnance avait deux épaulettes (VOLT. Tactique.)

Sous le fardeau de deux énormes épaulettes, il [Dorante] jure comme Lannes (P. L. COUR. I, 227)

Épaulette à graine d'épinards, nom vulgaire de ce que les règlements appellent grosse torsade.

Épaulette à grosse torsade, celle qui indique un grade supérieur ; les grades inférieurs ont de petites torsades.

Par antonomase, épaulette se prend surtout pour désigner le grade d'officier.

Obtenir l'épaulette, être fait officier. Double épaulette, le grade de capitaine.

3. Pièce qui enveloppe la base de l'aile. antérieure des insectes hyménoptères.

4. Terme de marine. Entaille faite sur l'arête d'une pièce de bois pour l'endenter avec une autre pièce.

Sorte de renfort servant d'arrêt dans un mât.

HISTORIQUE

XVIe s.Ils disent : voilà qui est beau ! ayant oui une entiere page de Virgile ; mais d'entreprendre à le suyvre par espaulettes [pied à pied], poisant les mots.... (MONT. IV, 55)Omoplate est un mot grec qui signifie espaulette ou palleron de l'espaule (PARÉ XIII, 9)

ÉTYMOLOGIE

Diminutif d'épaule.