rechercher :

définitions

épeler (v. trans.)

1.prononcer les lettres d'un mot.

Le Littré (1880)

ÉPELER (v. a.)[é-pe-lé. La syllabe pe prend deux ll, quand la syllabe qui suit est muette : j'épelle, j'épellerai ; on trouve aussi l'accent grave ; j'épèle, j'épèlerai]

Nommer les lettres qui composent un mot et en former des syllabes en les assemblant. Épeler un mot.

En épelant le doux nom de patrie Je tressaillais d'horreur pour l'étranger (BÉRANG. Déesse.)

Absolument. Cet enfant commence à épeler. Il épelle assez bien.

François Xavier, obligé de se servir d'un truchement [au Japon], ne fit pas d'abord de grands progrès : Je n'entends point ce peuple, dit-il dans ses lettres, et il ne m'entend point ; nous épelons comme des enfants (VOLT. Moeurs, 142)

Esprit qui tient le livre où l'innocence épèle (V. HUGO Feuilles d'aut. 37)

Lire avec difficulté.

Le vieux prêtre se courbe, et, n'y voyant qu'à peine, À ce jour ténébreux épèle un livre obscur (V. HUGO Crép. prél.)

HISTORIQUE

XIIe s.Bethsames, cest nom espelt [veut dire] cité de soleil (Rois, p. 22)

XIIIe s.Mès les entendanz [je] n'en dout mie, Ceus qui savent qu'espiaut [signifie] amie.... (Lai du conseil)Adont s'esveilla Pieres, et Diex s'est esconsés [caché] ; Au patriarche en vint ; quant il fu apensés, Dist li qu'il a songié : sire, or le m'espelés (Ch. d'Ant. I, 216)

ÉTYMOLOGIE

Wallon, speli ; provenç. espelar, espelhar, expliquer ; du germanique : goth. spillôn, anc. h.-allem. spellôn, raconter ; angl. to spell. Du sens général d'expliquer, espeler a passé au sens particulier de nommer les lettres ; l'historique montre que le latin appellare n'a rien à faire ici.