rechercher :

définitions

éperonner (v. trans.)

1.(cheval)stimuler un cheval en piquant des éperons.

2.(figuré)stimuler.

3.(marine)attaquer un navire avec son éperon (pour un navire).

Le Littré (1880)

ÉPERONNER (v. a.)[é-pe-ro-né]

1. Piquer avec l'éperon. Le cheval vivement éperonné par son cavalier.

Fig. Aiguillonner, stimuler.

Que la peur tout ensemble éperonne et retarde (RÉGNIER Sat. XI)

2. Chausser les éperons à quelqu'un.

Éperonner un coq, chausser ses ergots de pointes d'acier pour le combat.

3. V. n. Terme d'escrime. Faire un mouvement comme pour donner un coup d'éperon. En se fendant, il ne faut point éperonner.

HISTORIQUE

XIe s.[Il] Lasche la resne, mout souvent l'esperonne [son cheval] (Ch. de Rol. CXXIII)

XIIe s.Sanglans [il] ot les talons de tost esperoner (Sax. XIII)

XIIIe s.Et au cheval reparoit auques [paraissait un peu], que il avoit esté espouronnés par besoing (H. DE VALENC. IV)

XVe s.Si tost comme ils se purent connoistre et appercevoir [les Gascons et les Français], comme ceux qui se tenoient ennemis les uns des autres et qui se desiroient à avancer et combattre, en esperonnant leurs chevaux et en abaissant leurs glaives et en escriant leurs cris, entrerent les uns ès autres (FROISS. II, II, 5)

XVIe s.Nous disons que par esperons on commence soy armer (RABEL. Pant. III, 8)Les Anglois, qui, pour parestre gentils-hommes, sont toujours bottez et esperonnez dans les navires (D'AUB. Faen. IV, 2)Bon vin, bon esperon (OUDIN Curiosités.)

ÉTYMOLOGIE

Éperon ; provenç. esperonar ; espagn. espolear ; portug. esporear ; ital. speronare, spronare.