rechercher :

définitions

épineux (adj.)

1.qui porte des épines.

épineux (n.m.)

1.arbre ou arbrisseau qui porte des piquants.

Le Littré (1880)

ÉPINEUX, EUSE (adj.)[é-pi-neû, neû-z']

1. Hérissé d'épines. Les arbres épineux. Une feuille épaisse et épineuse.

Sur un tertre épineux je cueillis non sans peine Le laurier frêle encor par Thespis effleuré (MILLEV. Élég. 2, Eschyle.)

2. Fig. Hérissé de difficultés, d'embarras.

Il avait une affaire épineuse où il fallait de l'habileté (SÉV. 215)

Pour servir de règle immuable dans les questions les plus épineuses (BOSSUET Var. XV, § 99)

À vous qui.... Courez du bel esprit la carrière épineuse (BOILEAU Art p. I)

À la profession épineuse de journaliste, le président Cousin en joignit une autre, qu'il exerça avec la même probité, celle de censeur royal (D'ALEMB. Éloges, L. Cousin.)

Douloureux, blessant. Peu usité en ce sens.

À qui ne reste rien.... Qu'un regret épineux d'avoir jadis été (RÉGNIER Sat. XIII)

3. Qui fait des difficultés sur tout. C'est un homme, un esprit épineux.

Tout épineux et triste qu'il est, il [un auteur] ne me paraît point désagréable (BALZ. liv. v, lett. 2)

Ces gens, épineux dans les payements qu'on leur fait, rebutent un grand nombre de pièces qu'ils croient légères (LA BRUY. Théophraste, IV)

Les hommes sont si épineux sur les moindres intérêts.... que je ne sais par où et comment se peuvent conclure les mariages, les contrats, les acquisitions (LA BRUY. XI)

D'Aguesseau.... avait une conscience tendre, épineuse, qui émoussait son savoir (SAINT-SIMON t. v, p. 286, édit. Chéruel.)

4. Terme d'anatomie. Se dit de toute partie qui ressemble à une épine, ou qui a rapport aux éminences connues sous le nom d'épines.

Le muscle demi-épineux, ou, substantivement, le demi-épineux, nom donné à des faisceaux charnus qui appartiennent au transversaire épineux.

5. Terme de marine. Se dit, dans certaines mers, des endroits dangereux.

HISTORIQUE

XIIe s.Mis peres [mon père] vus bati de verges deliées, mais je vus baterai de grandimes balains ki serunt dur e espinus (Rois, p. 282)

XVIe s.Une affaire très espineuse et fort delicate (D'AUB. Vie, CXII)Il se trouve obscure separation, distincte du muscle transversaire avec son compagnon, nommé espineux [la séparation est obscure entre le transversaire et l'épineux] (PARÉ IV, 17)

ÉTYMOLOGIE

Provenç. espinos ; espagn. espinoso ; portug. espinhoso ; ital. spinoso ; du lat. spinosus, de spina, épine.