rechercher :

Le Littré (1880)

ÉPOUMONER (v. a.)[é-pou-mo-né]

1. Fatiguer les poumons à parler, à crier. Cette lecture m'a époumoné.

2. S'époumoner, v. réfl. Se fatiguer les poumons.

Surpris, après m'être longtemps époumoné, de ne voir paraître ni dames ni demoiselles qu'attirât la beauté de ma voix (J. J. ROUSS. Conf. II)

Pourquoi m'époumonerais-je à dissiper un doute que vous n'avez pas ? (DIDER. Opinions des anc. phil. (Pyrrhon.).)

REMARQUE

On ne voit pas pourquoi l'Académie ne met qu'une n à époumoner, tandis qu'elle en met deux à occasionner et autres analogues, ou plutôt pourquoi elle ne supprime pas partout, dans les cas de ce genre, les doubles n, écrivant occasioner, etc.

ÉTYMOLOGIE

É- pour es- préfixe, et poumon.