rechercher :

définitions

équerre (n.f.)

1.instrument triangulaire pour tracer des angles droits.

2.pièce en angle droit, en T, pour consolider des assemblages.

Le Littré (1880)

ÉQUERRE (s. f.)[é-kê-r']

1. Instrument de mathématique ou de construction, servant à tracer des angles droits.

Notre assassin [un mauvais médecin] renonce à son art inhumain, Et, désormais la règle et l'équerre à la main, Laissant de Galien la science suspecte, De méchant médecin devient bon architecte (BOILEAU Art p. IV)

Équerre à épaulement, celle dont une branche est trois fois plus épaisse que l'autre.

Double équerre, règle au bout de laquelle s'emboîte une autre règle, de manière à former avec la première deux angles droits.

Triple équerre, instrument de gnomonique formé de trois règles.

Équerre à onglet, équerre ayant un rebord saillant et épais.

Équerre d'arpenteur, instrument de cuivre, à pinnules fendues, pour tracer, sur le terrain, des perpendiculaires à une ligne tracée d'avance et mesurée.

2. Fausse équerre, équerre qui, s'ouvrant et se fermant à charnière, sert, dans plusieurs arts, à mesurer les angles quelconques formés par deux surfaces adjacentes.

Fausse équerre, l'angle formé par les faces contiguës d'un bâtiment, d'une pièce de bois, etc. lorsque cet angle n'est pas un angle droit.

3. Terme d'arts géométriques. Ce qui est à angle droit, ce qui a la forme d'une équerre. Mettre d'équerre. Disposer en équerre.

Un livre sur tous sens doit se trouver d'équerre, En tête, en queue, au dos, aux mors, à la gouttière (LESNÉ la Reliure, p. 46)

4. Pièce de fer plat, en forme de T ou d'L, pour consolider différents assemblages.

Terme de serrurerie. Petite pièce qui retient le pêne du demi-tour.

5. Coude fait à un tuyau de conduite pour l'eau.

6. Terme d'astronomie. Petite constellation australe.

HISTORIQUE

XIIe s.Li reis cumandad que l'um preist pierres grandes e de gentil grein e de bone quarriere, e que tuz fussent taillié à esquire, pur metre al fundement del temple (Rois, p. 245)

XIIIe s.....Sans compas ou sans esquierre (la Rose, 11971)

XIVe s.L'aloe qui vole par ondées et plie son vol par esquierres (Ménagier, III, 2)

XVe s.De geometrie, qui est l'art et science des mesures et des ecquerres, [Charles V] s'entendoit souffisamment et bien le monstroit (CHRIST. DE PISAN Charles V, III, 11)

XVIe s.Nous avons le compas, la reigle, l'escarre, le plomb, le niveau, la sauterelle [fausse équerre] (PALISSY 91)L'angle droict est nommé d'aucuns angle de l'esquierre ; l'ouvert, angle hors d'esquierre ; et le poinctu, l'angle en l'esquierre (FORCADEL Éléments d'Euclide, p. 3)

ÉTYMOLOGIE

Wallon, skuer, s. m. ; provenç. escaire, scayre, s. m. ; ital. squadro ; du latin fictif exquadrare, de ex, et quadrare, rendre carré, parce que cet instrument sert à dresser certaines pièces au moyen d'angles droits.

proposition : lemmes