rechercher :

définitions

ergot (n.m.)

1.ongle pointu à l'arrière de la patte du coq.

2.maladie du grain des céréales, causée par un champignon.

Le Littré (1880)

ERGOT (s. m.)[èr-go ; le t ne se lie pas dans le parler ordinaire ; au pluriel, l's se lie : des èr-go-z aigus ; ergots rime avec repos, travaux, etc.]

1. Ongle pointu, éperon qui est à la partie postérieure du pied de certains oiseaux. Les ergots d'un coq. Un coq qui monte sur ses ergots.

Le P. le Vassor attrapa les poules [des moines], leur coupa le bec et les ergots avec un couperet et les jeta aux moines par-dessus la haie (SAINT-SIMON 79, 27)

Cet ergot [l'ergot naissant coupé à un jeune coq], qui n'est pas plus gros qu'un grain de chènevis, quand on l'insère dans la duplicature de la crête coupée, y prend racine et croît en six mois de demi-pouce ; au bout de quatre ans, il devient une corne de trois à quatre pouces de longueur (BONNET Consid. corps organ. Oeuvres, t. VI, p. 77, dans POUGENS.)

Fig. et familièrement. Se lever, monter sur ses ergots, le prendre sur un ton fier et menaçant. La femme incontinent montant sur ses ergots : Je t'ai tout apporté, disoit-elle en colère.... L'avare dupé ou L'homme de paille, I, 3, 1662, dans FR. MICHEL, Argot.

Être sur ses ergots, être d'une humeur fière et impérieuse.

Junon donc revenait d'Argos, Dame toujours sur ses ergots (SCARRON Virg. VII)

Et sur ses ergots comme un coq (SCARRON ib. IV)

2. Terme de vétérinaire. Tubercule corné, placé en arrière de la région du boulet, chez les mammifères monodactyles et didactyles. L'ergot n'est que la trace des doigts manquant à ces animaux.

Terme de vénerie. Ongles de surcroît d'un chien.

Par plaisanterie.

Et puis Jupin, chargé de laine, Commençait à manquer d'haleine, Et n'allait plus que d'un gigot, Ayant une épine à l'ergot (SCARR. Typhon, IV)

3. Terme de jardinier. Portion de branche morte qui reste sur les arbres fruitiers et qu'on doit retrancher.

4. Terme de botanique. Ergot de blé, ergot de seigle, corps droit ou courbe et allongé de 1 à 4 centimètres, rarement plus, occupant la place du grain de blé ou de seigle. L'ergot de seigle est formé par une espèce de champignon de l'ordre des tuberculariées, la sphacelidie ergot de M. Fée ; il est très vénéneux. Le seigle dégénéré ou altéré, et qu'on nomme blé cornu ou ergot, n'est bon qu'à jeter, il cause des maladies funestes, Dict. des arts et mét. Amsterd. 1767, Boulanger.

5. Terme d'anatomie. Ergot de Morand, petite éminence recourbée qui est dans la cavité digitale des ventricules latéraux du cerveau.

HISTORIQUE

XIIe s.[De morts] En fu si junchée la place, Qu'en sanc i sunt desqu'as argoz (BENOÎT II, 9539)

XVIe s.Les coqs bataillent du bec et des argots (PARÉ Animaux, 16)Subtilz renards et grands mangeurs d'images, Pour hault monter, contrefont les bigots, Puis, quand ils sont huchez sur leurs argots, Au monde font de merveilleux dommages (GUILL. CRÉTIN, dans JAUBERT, Glossaire.)

ÉTYMOLOGIE

Berry, argot, arigot ; génev. argot ; champ. artot. Origine inconnue. Le mot est très ancien sous la forme d'argot.