rechercher :

Le Littré (1880)

ESBIGNER (S') ou EXBIGNER (S') (v. réfl.)[è-sbi-gné ou èks-bi-gné]

Terme populaire que Génin reproche à l'Académie de n'avoir pas mis dans son Dictionnaire. S'échapper.

L'amant s'esbigne en disant.... (DÉSAUGIERS Parodie de l'opéra de la Vestale)

Ce mot se trouve aussi dans les vers écrits par Jérôme Paturot, avant de s'asphyxier.

ÉTYMOLOGIE

Génin le dérive de bigne, pioche, et, trouvant dans le dialecte napolitain sbignare dans le même sens que le mot français, veut qu'il ait été introduit à Naples par les soldats de Charles VIII. Erreur ; le mot est d'origine italienne, et se trouve dans les Donne curiose de Goldoni (II, 23) ; Arlequin s'y sert de cette expression qui, par conséquent, n'appartenait pas seulement au dialecte de Naples, mais aussi à celui de Bergame (ou peut-être de Bologne, où la scène se passe). L'auteur (ou l'éditeur) l'explique par svigno, que le dictionnaire de Buttura traduit ainsi : décamper, sortir de la vigne (probablement comme un maraudeur). Buttura donne un exemple tiré du Malmantile. Le mot est donc originairement italien, et l'origine pleinement éclaircie (FÉLIX BOVET).