rechercher :

définitions

estropier (v. trans.)

1.(figuré)tronquer, déformer; interpréter de travers.

estropier (v.)

1.priver de l'usage d'un membre.

Le Littré (1880)

ESTROPIER (v. a.)[è-stro-pi-é]

1. Priver de l'usage d'un membre par coups ou blessures.

Se faire estropier sur les pas des Césars (BOILEAU Sat. VIII)

Par extension, en parlant des maladies. Un rhumatisme l'a estropié.

Fig.

Chose qui ne peut être révoquée sans estropier la puissance publique (BOSSUET Var. 10)

2. Estropier un nom, les mots d'une langue, les défigurer en prononçant ou en écrivant.

Ils prennent par où ils peuvent les termes de l'art qu'ils attrapent, et ne manquent jamais de les estropier et de les mettre hors de place (MOL. Critique, sc. 6)

Le marquis : Tiens, ce que les Anglais ont de mieux, c'est qu'ils parlent français, encore ils l'estropient. - Le baron : Et nous l'estropions nous-mêmes pour la plupart (BOISSY Français à Lond. sc. 1)

Ribaudier en personne Estropiait alors un discours en latin (VOLT. 3 emper.)

Estropier une pensée, un passage, en altérer le sens, l'expression.

Va, va-t'en faire amende honorable au Parnasse D'avoir fait à tes vers estropier Horace (MOL. Fem. sav. III, 5)

Certains passages de Dictys de Crète que Scaliger avait estropiés (VOLT. Goût.)

Voltaire dans ses derniers jours ne pouvait voir sans un véritable chagrin qu'on se permît ainsi d'estropier nos belles tragédies (MARMONTEL Élém. littér. t. IX, p. 53, dans POUGENS)

Estropier un vers, en altérer la mesure.

Estropier une sonate, une chanson, la jouer mal, la chanter mal.

3. Terme de peinture. Estropier une figure, n'en pas observer les proportions.

4. S'estropier, v. réfl.

Quoi ! ces dieux qui s'estropient les uns les autres (FONTEN. Dial. Ésope, Homère.)

Fig.

Voulant se redresser, soi-même on s'estropie, Et d'un original on fait une copie (BOILEAU Épît. IX.)

HISTORIQUE

XVIe s.Subjuguez par ung petit homme estropié (RAB. Pant. IV, Nouv. prol.)En une battaille, dix mill' hommes sont stropiez ou tuez (MONT. III, 23)On a attaché l'honneur à couper bras et jambes, à estropier l'un, à tuer l'autre (LANOUE 246)Les armes d'aujourd'hui sont si griefves, qu'un gentilhomme, à trente et cinq ans, est tout estropié des espaules, d'un tel fardeau (LANOUE 286)Estropié de quelques coups et mesmes de l'honneur (D'AUB. Hist. I, 188)Infinis lieux y sont [dans le texte] desesperéement estropiez et mutilez (AMYOT Moral. Épît. p. 15)

ÉTYMOLOGIE

Espagn. et portug. estropear ; ital. stroppiare, storpiare, estropier, stroppio, obstacle, empêchement. Origine inconnue. Diez propose par conjecture le latin ex-torpidare, rendre roide, engourdi. Muratori fait mention de turpis, laid. Tout cela est incertain. Estropier est récent et venu de l'italien.