rechercher :

définitions

étanche (adj.)

1.qui ne laisse passer aucun fluide.

2.(figuré)qui sépare parfaitement deux milieux, deux domaines.

étanche

1.parfaitement étanche.

Le Littré (1880)

ÉTANCHE (adj.)[é-tan-che]

Se dit de ce qui retient bien les liquides. Un tonneau étanche. Une chaussée étanche. Un navire étanche.

Substantivement. à étanche d'eau, de manière à étancher l'eau. Entretenir une toiture à étanche d'eau, faire en sorte que l'eau n'y pénètre pas.

Mettre un batardeau à étanche, mettre à sec la partie d'un fossé, d'un canal qui est close par ce batardeau.

HISTORIQUE

XIVe s.Ne n'y peut le sujet faire excluse ne rigole ne estanche, que du cours de la riviere elle ne ait tous jours son droit cours (BOUTILLIER Somme rural, p. 429, dans LACURNE)Estanches ou carpieres à garder et nourrir poisson (DU CANGE estanchia.)

ÉTYMOLOGIE

Voy. ÉTANCHER pour la discussion de cette difficile étymologie.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

ÉTANCHE. Ajoutez :

2. Il se dit d'un terrain trop mouillé pour pouvoir absorber l'eau.

Une féculerie de Colombes dirige ses eaux sur une prairie où elles s'infiltrent dans un sol sableux ; elles y brûlent le gazon et font périr les arbres qu'elles atteignent par accident ; de plus le sol est bientôt étanche, et il faut souvent changer le lieu d'absorption (R. RADAU Rev. des Deux-Mondes, 1er juin 1874, p. 719)

ÉTANCHÉ, ÉE (part. passé.)[é-tan-ché, chée]

1. Dont on a arrêté l'écoulement. Des larmes étanchées.

L'eau que versent mes yeux n'est jamais étanchée (MALH. VI, 20)

Vaisseau étanché, vaisseau dont on a bouché une voie d'eau.

2. Calmé, en parlant de la soif.

proposition : lemmes